Musée Sherlock Holmes

Histoire

Les origines

La mention la plus reculée de Lucens remonte à 965, année où Magnères, évêque de Lausanne, reçu un champ situé à Losingus, c'est-à-dire Lucens. Cependant, à en croire la toponymie, l'origine de Lucens remonterait à une date antérieure, le nom de la localité indiquant une origine burgonde. Quoiqu'il en soit, elle existait déjà à l'époque de notre citation.

Dès lors et jusqu'à la réforme, Lucens sera une possession épiscopale. La longue domination des évêques de Lausanne va se terminer au XVIe siècle.

De cette période, Lucens à conservé ses armoiries (de gueules et d'argent). La similitude avec le participe latin "lucens" (brillant, lumineux) a broché sur le tout un soleil d'or.

En 1536, Lucens devint bernois avec les deux versants de la vallée et durant deux siècles et demi, les lucensois vont vivre en rapports étroits et en bonne harmonie avec les baillis bernois qui avaient choisi de résider dans le majestueux château.
Cependant, les Lucensois étaient acquis aux idées nouvelles. Le 24 janvier 1798, ils s'emparèrent du château et firent disparaître le vaste écusson de LL.EE. sous une couche de badigeon. Celui-ci, depuis lors, a fait sa réapparition. En 1801, le nouvel Etat de Vaud vend le château. Depuis lors, il a toujours appartenu à des propriétaires privés.


Les monuments d'art et d'histoire du canton de Vaud, tome VIII - Le district de la Broye-Vully I
Livre édité par la SHAS (Société d'histoire de l'art en Suisse) de Monique Fontannaz et Brigitte Pradervand (env. 496 pages et 500 figures)
Monique Fontannaz
Ce livre présente l'histoire et le patrimoine bâti de Lucens et environs. Y figurent tous les villages de la partie sud du district de La Broye-Vully, de Corcelles-le-Jorat à Granges-près-Marnand et aux Combremonts. Cet ouvrage abondamment illustré est publié en partenariat entre le Canton de Vaud, la Confédération et la Société d'histoire de l'art en Suisse.

À commander sur le site www.gsk.ch ou en librairie.

    

Musée Sherlock Holmes